Fauteuil de bureau à assise tournante

 

PIERRE GARNIER (VERS 1720 - 1800)

 

FAUTEUIL DE BUREAU A ASSISE TOURNANTE


 

Époque Louis XVI

 

Troisième quart du XVIIIe Siècle

 

 

Estampillé deux fois : P.GARNIER

 

Pierre Garnier, reçu maître en 1742

 

 

Dimensions :

Hauteur : 87 cm

Largeur : 62 cm


 


Notre fauteuil de bureau d’époque Louis XVI en acajou mouluré repose sur quatre pieds fuselés et cannelés soutenant l’assise circulaire dont la ceinture est ornée de canaux. Garni d’un beau cuir brun, notre siège dispose en outre d’un mécanisme permettant de faire pivoter l’assise au gré de son utilisateur. Par la structure cannée de son dossier enveloppant ainsi que par son ornementation simple et élégante de cannelures, ce siège est un excellent représentant de son siècle et du goût décoratif de son époque pour l’Antiquité; cette inspiration est renforcée par l’utilisation de l’acajou massif qui naît dans l’ébénisterie et la menuiserie à la fin du XVIIIe siècle et connaît son apogée sous le Premier Empire.

 

Si la découverte des ruines de Pompéi et d’Herculanum fait naître le goût néo-classique, l’Angleterre, outre l’avènement de la salle à manger, fait naître une autre forme d’engouement qui influence également le monde du mobilier: l’acajou. Cette nouvelle mode traverse la Manche pour venir s’imprégner dans les créations des artisans parisiens et donner naissance à ce que l’on appela à cette époque : l’Anglomanie.

 

L’acajou est un bois rare et précieux notamment parce qu’il est très coûteux à l’importation et par conséquent réservé à une certaine classe de marchands merciers, d’artisans et donc à une clientèle fortunée.

 

Le marquis de Marigny, directeur des Bâtiments du Roi et frère de madame de Pompadour, exerce une influence notable sur la formation du style « à la Grecque » dans le mobilier, mais il ne demeurera pas non plus insensible au charme de l’acajou.

Cette influence rejaillit certainement sur l’œuvre de Pierre Garnier, auquel il passa de très nombreuses commandes.

 

Grâce à son incontestable talent et à sa faculté d’adaptation aux fluctuations du goût, Pierre Garnier comptera, parmi sa clientèle, de très riches personnages du royaume qui lui passeront d’importantes commandes. Il travaillera notamment pour le receveur général des Finances, pour la duchesse de Mazarin mais surtout pour le marquis de Marigny.

 

Bien qu’ébéniste, Pierre Garnier fabriquât de façon tout à fait inattendue, car contraire aux coutumes corporatives, 36 fauteuils en acajou massif et placage d’acajou, livrés à partir de 1778 pour la salle à manger et le salon de musique du marquis de Marigny à Paris. Séduit par la vogue de l’acajou, le marquis de Marigny préféra sans doute commander ces sièges à son ébéniste attitré (Pierre Garnier) plutôt qu’à un menuisier.

 

Notre  siège fit partie d’un ensemble de fauteuils de bureau réalisé par Pierre Garnier ou son célèbre confrère Joseph Canabas également réputé pour ses meubles en acajou. Dans ce groupe, on peut citer en particulier le fauteuil estampillé de Canabas et portant la marque au feu de l’Assemblée Nationale, vendu par Blanchet, Joron-Derem, à l’Hôtel Drouot le 17 mars 1999, lot 266.

 

Estampillé deux fois P.GARNIER, avec une étiquette du garde-meuble Martini et Cie N°023908, une autre étiquette des garde-meubles NORTIER 8271.