Grand médaillon ovale en cuir repoussé

GRAND MÉDAILLON OVALE EN CUIR REPOUSSÉ SUR UNE ÂME EN CHENE REPRÉSENTANT LOUIS XIV DE PROFIL EN BUSTE, ENTOURE D’UNE FRISE DE ROSETTES EN CUIR DORE, DANS SON EXCEPTIONNEL CADRE EN CHENE SCULPTE D’ORIGINE

 

 

ÉCOLE Française

 

Fin du XVIIe siècle, vers 1690

 

 

Dimensions :

Hauteur avec cadre :  121,5 cm

Largeur avec cadre :  111 cm

 

 

Ce rarissime médaillon ovale entièrement en cuir repoussé représente le Roi Louis XIV (1638–1715) en buste, vu de profil, âgé d’une cinquantaine d’années, en pleine force de l’âge. Il porte une cuirasse ornée d’un masque de grotesque, au niveau d’une épaulière, surmonté d’un élégant drapé et un jabot de fines dentelles noué à son cou.

Notre médaillon est entouré d’une frise de rosettes en cuir doré soulignant le portrait solennel du souverain et est magnifié par un important cadre en chêne sculpté d’époque XVIIe décoré d’une frise de palmettes, volutes, feuilles d’acanthes et culots rythmées par quatre larges coquilles.

 

Le Roi est représenté à une époque où il exerce une force politique, militaire et culturelle rayonnante sur toute l’Europe, permettant la suprématie de la France et la naissance d’un Style Français. Cette puissance du Roi Soleil est particulièrement bien mise en valeur par l’artiste dans l’attitude altière du monarque, nous rappelant les médailles réalisées en l’honneur des grands empereurs romains. Le sentiment de force et de fierté qui se dégage de notre médaillon est renforcé par le port de tête majestueux de Louis XIV, front et menton relevés, la magnificence de sa perruque bouclée mais aussi par le traitement fin et soigné de son armure.

 

Les collections publiques françaises possèdent trois modèles pratiquement similaires en cuir repoussé, de dimensions assez proches, représentant Louis XIV bien que le nôtre soit le seul à posséder son cadre d’origine. L’un est conservé dans les collections du Musée du château de Versailles. Le second est situé dans l’antichambre de Villars au château de Vaux-le-Vicomte. Enfin, le troisième est conservé dans les collections du Musée des Arts décoratifs de Bordeaux et est daté de 1692. Par ailleurs, un autre portrait en cuir repoussé représentant Louis XIV est présent dans les collections du Getty Museum à Los Angeles aux Etats-Unis


Notre médaillon ovale à l’effigie de Louis XIV est le seul médaillon connu à l’heure actuelle à posséder sa dorure et son cadre d’origine contrairement aux modèles conservés dans les collections publiques, mentionnés ci-dessus, dépossédés de leurs cadres d’origine. Il s’agit donc ici d’une pièce exceptionnelle d’un grand intérêt pour l’histoire de l’art et bien entendu pour les amateurs avertis du Grand Siècle.

Le modèle ayant servi pour la réalisation de ce portrait en cuir repoussé pourrait être attribué au sculpteur français, Jean-Louis Lemoyne (1665-1755), fils du peintre ornemaniste Jean Lemoyne et élève du célèbre sculpteur Antoine Coysevox (1640-1720). Il fut reçu à l’École académique de Bordeaux en 1692 en présentant comme morceau de réception un portrait de Louis XIV en noyer sculpté qui pourrait correspondre à notre modèle, aujourd’hui disparu.

 

La paternité de notre modèle pourrait également revenir au Premier sculpteur du Roi, François Girardon (1628-1715). Reçu à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1687, il travailla au décor de la galerie d’Apollon au Louvre puis pour Versailles. Il fut avec Coysevox le plus important sculpteur de Versailles tant par l’importance de sa production que par sa qualité. En 1687, il offrit un médaillon en marbre représentant Louis XIV à sa ville natale de Troyes. Ce bas-relief est très similaire au portrait que nous présentons. En effet, nous retrouvons le même traitement dans la dentelle du jabot et aussi le même port de tête altier bien qu’on remarque une variance dans le masque  de l’épaulière. Il orne aujourd’hui la cheminée de la Grande Salle de l’Hôtel de Ville de Troyes.

 

La représentation du portrait en buste de Louis XIV connut un véritable succès au XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe siècle car il s’agissait de glorifier et d’immortaliser le Roi à travers les œuvres d’art. Ainsi, on peut retrouver son effigie sur différents supports comme le verre, le bronze, le marbre, l’argent (numismatique) ou encore le cuir.