JEAN-GABRIEL PRETRE (1768-1849)

Deux aquarelles représentant des chouettes

 

FRANCE

 

1825

 

Signé et daté sur la branche : J.G.Prêtre.1825

 

Dimensions de chaque dessin : Hauteur : 43 cm ; Largeur : 39,5 cm

 

 


  Ces dessins préparatoires représentent deux chouettes et ont été réalisés pour le « Nouveau Recueil de planches coloriées d’oiseaux, pour servir de suite et de complément aux planches enluminées de Buffon, publié par C.J Tumminck et le Baron Meiffren Laugier de Chartrouse, chevalier de la légion d’honneur, d’après les dessins de messieurs Huet et Prêtre, peintres attachés au Muséum d’Histoire Naturelle et au grand ouvrage de la commission d’Egypte, Paris, F.G Levrault, 1828 ». 

 

Ces deux dessins préparatoires sont l’épreuve avant gravure.

 

 

Jean-Gabriel PRETRE (Actif entre 1820 et 1840)

 

Comme le peintre Nicolas Huet (1770-1830), il était peintre au Muséum d’Histoire Naturelle et avait collaboré avant à la ménagerie de l’Impératrice Joséphine.

 

Buffon résolut de surpasser les premiers ornithologistes et conçut un plan « dont l’étendue répondait à celle de son génie » ; c’était de rassembler dans sa collection d’estampes tous les oiseaux qu’il pourrait se procurer, sans distinction de climats ni d’espèces, et de former ainsi pour le naturaliste une sorte de cabinet portatif et durable, plus complet qu’aucun de ceux qu’un particulier pourrait réunir, et surtout conserver.

 

Il chargea Daubenton le jeune de diriger ce projet. Le nombre de planches se porte aujourd’hui à 975 avec 1239 figures d’oiseaux. Aucune des collections existantes n’est aussi complète.

Les planches enluminées de Buffon sont donc devenues la collection fondamentale et classique de figures pour l’étude de l’ornithologie, celle qui comprend le plus d’espèces et qui les fait le mieux connaître.

 

Messieurs Tumminck et Laugier offrirent une collection de planches coloriées qui eut pour objet essentiel de compléter l’œuvre de Buffon, sa publication ayant été interrompue en 1788. Ils firent donc paraître un ouvrage tous les mois par la livraison de six planches d’après des dessins de Nicolas Huet et Jean Gabriel Prêtre qui furent également chargés de la surveillance de l’enluminure.

 

L’ouvrage est dédié à Monsieur le Baron Cuvier qui mentionne dans l’introduction :

« … les figures d’Histoire Naturelle ont besoin d’être faites d’après des règles particulières. Elles doivent en quelque sorte tenir lieu des objets. Ainsi il est nécessaire que l’on puisse y remarquer à peu près tout ce que l’on remarquerait dans l’objet lui-même si on l’avait sous les yeux. L’Artiste a donc à éviter les positions forcées, les raccourcis qui pourraient faire méconnaître la véritable forme des parties. Il faut distribuer également sa lumière, montrer partout la couleur fondamentale sans l’altérer par des reflets trop éclatants ou par des ombres trop profondes. Son principal soin doit être d’exprimer avec une exactitude minutieuse les détails des formes, et surtout ces différences légères de courbure et de saillies, dans lesquelles la classe des oiseaux, les naturalistes ne sont que trop souvent réduits à chercher leurs caractères génériques.

On a indiqué ces règles aux artistes que l’on se propose d’employer et l’on veillera attentivement à ce qu’ils ne s’en écartent jamais.

Dans les planches, les oiseaux seront représentés de grandeur naturelle autant que la dimension du format pourra le permettre ».