Paire de plaque en commesso florentin

 

Paire de Tableaux en "commesso"

Représentant des scènes portuaires

 

 

 

Italie, Florence

 

Première moitié du XVIIIème siècle

 

Dimensions hors cadre : Hauteur : 23,5 cm ; Largeur : 39,6 cm

 

Dimensions avec cadre : Hauteur : 28,9 cm ; Largeur : 45 cm


 

 

Cette paire de petits tableaux est réalisée en « commesso » florentin, technique mise au point au sein de la Manufacture Grand-Ducale de Florence, permettant de composer un dessin en taillant des sections irrégulières de plaques de pierres polychromes et en les assemblant parfaitement en rendant les lignes de jonction pratiquement invisibles sur une plaque d’ardoise grâce à un adhésif naturel composé de colle et de colophane.

 

Nos deux vues figurent des paysages côtiers, composés d’architecture et de personnages en costumes d’époque occupés à la pêche ou à la conversation, et réalisés en pierres calcaires très appréciées pour leurs couleurs variées habilement exploitées dans toutes leurs nuances.

Ce sont des matériaux coûteux mais plus faciles à travailler que les pierres dures. Le choix des pierres est très important dans le rendu des différents éléments composant le paysage : le ciel clair et lumineux est réalisé à partir d’une plaque de calcaire « albarese » à inclusions dendritiques qui prennent la forme d’arbrisseaux isolés dans la composition. C’est une pierre typique du bassin de l’Arno utilisée fréquemment à partir du XVIème siècle dans les mosaïques florentines.

Le goût de la composition et le choix des couleurs rapprochent ces deux paysages, à la grâce volontairement « naïve », de la production des « vues villageoises » de pierres dures, réalisée par la Manufacture Grand-Ducale de Florence, durant la première période des Médicis jusqu’en 1736.

 

 

Nous retrouvons l’association de pierres dures et calcaires pour la première fois sur une pièce de mobilier royal, le cabinet de la Grande Duchesse Vittoria della Rovere, réalisé vers 1680 et conservé au Palais Pitti.

C’est aussi le premier exemple de l’utilisation des vues paysannes comme thème de décor des tiroirs, qui connaîtra un succès grandissant au cours du siècle suivant.

Entre la fin du XVIIème siècle et les premières décennies du XVIIIème siècle, la riche production de panneaux paysagés est caractérisée par une simplification des décors. Elle est réalisée dans des ateliers privés actifs à Florence, dans l’ombre de la Manufacture Granducale, créés par certains artistes même de la Manufacture.

 

Ces tableaux en « commesso », facilement transportables, étaient très appréciés par la clientèle internationale de passage durant le XVIIIème siècle à Florence. Ils étaient acquis puis montés afin de décorer des cabinets ou des coffrets. Ce fut probablement le cas de nos deux tableaux qui furent transformés en pièces de décoration.