Nature morte aux fruits et oiseaux

 

GIOVANNI ET NICCOLO STANCHI

Rome, (1608 - documenté jusqu’en 1673) (1623 - actif encore en 1690)



Nature morte aux raisins, pommes, pêches, citrons et oiseaux



Vers 1640 - 1645



Huile sur toile



Dimensions hors cadre : 100 x 75 cm



Les frères Stanchi, Giovanni et Niccolo, sont actifs à Rome au XVIIe siècle comme peintres de nature morte. Si Giovanni apparaît par son style le plus flamand des deux, cet aspect n’apparaît pas dans la nature morte que nous présentons ici, ce qui dénonce une datation de la pleine maturité de son activité, vers 1640-1645. Notre œuvre présente un bel exercice de collaboration entre Giovanni et Niccolo. En effet, à partir des années 1640, les deux frères travaillent ensemble et il devient impossible de distinguer les deux mains.

Notre composition, sur plusieurs plans verticaux, se présente comme un véritable rideau de fruits, échelonnés dans la hauteur au moyen d’entablements de pierre, dans une merveilleuse gradation des couleurs, des plus froides en partant du bas au plus chaudes en un savant jeu d’équilibre entre elles. Sur la gauche, le fond de paysage, lumineux, introduit une atmosphère de lumière du jour qui fait resplendir les fruits.

La toile offre un véritable « portrait botanique » qui entre en plein dans l’histoire des variétés de raisin anciens, vraisemblablement disparus et aujourd’hui remplacés par d’autres. Elle nous rappelle qu’il s’agit d’un des fruits les plus cultivés au monde avec les pommes dont il partage l’espace de la luxuriante corbeille.

Notre composition renvoie en particulier à deux autres magistrales compositions des frères Stanchi (toutes deux en collections particulières) avec lesquelles il a en commun la même mise en page, les raisins occupant brillamment la partie haute de la toile.

Nos deux artistes, oubliés pendant des siècles, bénéficient aujourd’hui d’une importante étude monographique dû à Maria Silvia Proni (2005), exposant la variété de leurs compositions qui pouvaient inclure des personnages, aussi bien dans des scènes qu’à l’intérieur de guirlandes, varier les fruits et les agencements à loisir, au gré de leurs commanditaires. Leur parcours artistique s’inscrit dans le contexte particulièrement riche et productif de la nature morte à Rome au XVIIe siècle où artistes italiens et artistes étrangers de passage dans la ville Eternelle rivalisaient au moyen d’exubérantes compositions de fruits et de fleurs.